Archive des actualités

Compte-rendu de la deuxième réunion du Comité d’Orientation du Labex « IRMIA »

13 juin 2013

Compte-rendu de la deuxième réunion du Comité d’Orientation du Labex « IRMIA »

13 juin 2013

Présents : Yann Bugeaud (Prof. Universite de Strasbourg,), Thomas Delzant (Prof. U. de Strasbourg, Directeur IRMA), Daniel Egret (Astronome, Observatoire de Paris, et GENCI), Annette Huber (Prof. Université de Freiburg), Pierre Navarro (IR, IRMA), Claude Viterbo (Prof. Orsay et ENS Paris).

Par vidéoconférence : Jean-Marc Couveignes (Prof. Univ. de Bordeaux I) et Sylvain Petitjean (INRIA, Nancy)

Excusés : René Ecochard (Prof. Biostatistiques, CHU Lyon), Vincent Heuveline (Prof. KIT), Cedric Villani (Université de Lyon et IHP) C. Florentz (V.-P. Université de Strasbourg).

Thomas Delzant, directeur du Labex a commencé par présenter la mise en place du Labex et de ses premières actions.

Les financements de 2012 ont été débloqués tardivement, et sur les 450 K€ mis en place, 50k€ ont été prélevés par l’université, 50K€ ont pu être dépensés en 2012, et le reste a été reporté sur 2013.

En rythme de croisière, plus de 10 personnes (thésards, postdoc, IR) seront financés par le Labex ou l’IDEX et le budget du LABEX sera de plus de 500 K€/an.

Le Labex fonctionne avec un bureau, élargi aux responsables des 9 équipes (7 en maths 1 en informatique et 1 en médecine)

Thomas Delzant passe ensuite en revue les différents appels d’offres qui sont effectuées par le CS.

Pour attributions de postdoc : en 2012 un postdoc a été recruté en géométrie algébrique. En 2013, sur 4 candidats retenus, 1 a démissionné et 3 ont accepté, dans les domaines suivants : géométrie arithmétique, topologie quantique, topologie algébrique. A noter un postdoc pour 2 ans fourni par l’Idex à l’occasion du recrutement d’O. Guichard.

S. Petitjean demande si les candidatures sont ouvertes ou sollicitées. T. Delzant répond qu’elles étaient sollicitées, ce qui convient mieux aux mathématiques appliquées, mais que finalement seul les mathématiques pures ont fait des demandes.

C. Viterbo suggère que l’on essaie une fois un système de candidatures ouvertes, pour voir si les avantages de toucher des candidats que l’on ne connaitraient pas par avance sont ou non contrebalancés par des démissions excessives.

Il est aussi prévu que l’Idex finance un post-doctorant pendant deux ans pour développer un projet de statistique à l’interface avec le LABEX d’immunologie pour l’étude des leucémies.

Allocations doctorales : deux contrats doctoraux (1 en statistique, l’autre en calcul scientifique) ont été mis en place en 2012, et deux autres doivent l’être à la rentrée 2013.

Bourses prédoctorales. Possibilité de deux bourses, mais sur 5 dossiers, un seul est susceptible d’être retenu par le conseil scientifique.

Est évoquée la possibilité que Strasbourg s’insère dans un programme Erasmus Mundus, (sous un format semblable au programme Algant entre Orsay, Bordeaux, Chennai, Leyden, Padoue, etc...) qui permette d’avoir dans un domaine donné, un flux d’étudiants régulier.

Master classes :

Le programme est dirigé par V. Kharlamov. Une Master class a déjà eu lieu en Topologie symplectique en 2012, organisée par E. Ophstein. Elle a réuni environ 50 participants et 10 nationalités. Le coût est de 15 K€.

D’autres Master classes sont prévues sur les Surfaces K3, dessins d’enfants, homotopie rationnelle.

Autres allocations de moyens :

Un Ingénieur de Recherche a été recruté, en principe pour 4 ans (mais pour des raisons techniques avec un contrat de deux ans pour le moment). Un autre ingénieur a été recruté par l’IDEX pour la mise en place du Centre de modélisation par C. Prud’homme.

Concernant les perspectives à terme de pouvoir recruter ces personnels sur des postes pérennes. T. Delzant espère un soutien du CNRS, mais ce soutien ne semble pas très visible à l’heure actuelle, ce qu’on ne peut que déplorer. Il envisage la possibilité de transformation d’un poste de MdC partant à la retraite, en IR, mais la prévisible diminution du nombre de postes risque de rendre cette opération difficile.

Enfin, revenant sur des questions qui avaient pu être évoquées lors de la constitution du Labex, la création d’une chaire de Maître de Conférence sur le modèle des chaires CNRS, avec décharge de service d’enseignement financée par le Labex est envisagée.

Conclusions :

Le comité se félicite de la mise en place du Labex qui semble se dérouler suivant les prévisions, et avoir un impact positif. Il se réjouit que le développement du secteur Calcul scientifique et modélisation ait pu bénéficier du soutien de l’IRMIA. Il a aussi été très impressionné par les aspects de diffusion des connaissances qui ont été mis en place avec plusieurs projets mis en œuvre très rapidement (Calendrier, Cercle mathématique). Parmi les points auxquels il faudra porter une attention particulière, sont d’une part les aspects relevant de la formation prédoctorale (bourses prédoctorales, école de statistiques, etc..), et le nécessaire équilibre entre les différentes composantes mathématiques dans les différents projets du Labex (Master classes, postdoc, bourses de thèse). Enfin, il semble au Comité que, si le département souhaitait développer une thématique d’analyse afin d’élargir le champs scientifique de l’équipe de Calcul scientifique, ce projet devrait recevoir un fort soutien du Labex.

Les membres du Comité ont été très intéressés par les exposés présentés dans l’après-midi, et remercient les membres du Labex et l’équipe de l’IRMA pour leur accueil chaleureux et leur hospitalité.